Comment une civilisation peut s’élever au milieu de simples individus ? Grâce à l’administration. Elle est le fondement de l’organisation des individus. Et le stylo, l’outil qui a rendu cette élévation possible.

Photo d'un temple Grec

À l’aube de notre ère, séparant la Préhistoire de l’Histoire, il y a l’écriture. Qu’elle fut utilisée à des fins représentatives, figuratives ou descriptives, elle nous accompagne depuis des millénaires. Son existence permit à nos historiens de découvrir les civilisations antiques. Chacune, connue ou méconnue, pût jouir de son heure de gloire, d’épanouissement et de rayonnement. D’abord accompagnées par des styles, puis stylets et enfin stylos. Utilisés pour écrire sur des tablettes qui devinrent papier. Toutes ces civilisations consignèrent leur récits de vie sous forme de rapports administratifs, décrets, recensement ou divertissements. La survie de l’homme est indéniablement la résultante de l’art par le stylo, matérialisation de sa pensée.

La réalité de nos antiques ancêtres parvient à notre esprit grâce aux stylos. Ils sont les rapporteurs et leurs mots les témoins de grands événements. Leur objectivité est, somme toute, relative, leur sémantique partielle. Mais nous ne pouvons nier l’effort fourni qui, aujourd’hui, nous ouvre une lucarne sur leurs décisions passées. Et nous ne pouvons ignorer que celles-ci nous permettent de ne pas reproduire les erreurs de leurs auteurs. Car notre société a évolué, avec ses moeurs progressistes et sa technologie grandissante, mais l’Homme reste l’Homme et ses failles inchangées.

Il n’y a que l’Homme face à lui-même, dans son rapport à sa propre condition, qui puisse évoluer. Mais pour cela, faut-il encore se comprendre ! Nous devons une grande reconnaissance à ceux qui ont perdu du temps à observer et comprendre nos propres torts, afin de nous offrir des voies de rédemption. Nous leur devons la disparition de certaines difficultés. Ils ont accompli ce travail grâce au stylo, car lorsqu’un de ces hommes se surprenait dans l’erreur et la futilité, il prenait le temps de choisir les mots, qu’il posait sur le papier de la pointe de son stylo, et transmettait sa réflexion.

Chaque individu est unique, certes, mais il reste un Homme, et il doit apprendre d’autrui. S’il s’y refuse, il trébuchera sur le même obstacle que celui qui le précède.


Sources

https://histoire-stylo.fr/le-stylo-dans-la-construction-de-lhomme-et-des-cultures/

https://fr.wikipedia.org/wiki/Fondation_Martin_Bodmer

https://www.ouest-france.fr/bretagne/pedernec-22540/pedernec-la-bibliotheque-raconte-l-histoire-de-l-ecriture-6699683

https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/%C3%A9criture/27743

https://eternal-pen.com/index.php/mankind-was-built-due-to-pens-and-their-predecessors/

https://pen-arts.com/index.php/the-role-of-pen-in-the-construction-of-mankind-and-its-cultures/

https://www.geneve.com/fr/attractions/fondation-martin-bodmer/

https://stylo-art.fr/lecriture-la-memoire-de-lhistoire/